Caravane Vistech

Article

Les premiers kilomètres : la Caravane Vistech fait ses classes!



Premiers kilomètres à bord de la Caravane Vistech et comme personne dans l’équipe n’est spécialiste de la vie de campeur, on s’est donné une soirée pour apprivoiser notre nouveau chez-nous. Leçon de caravane n°1 : toujours se donner une chance. Et aussi un temps d’adaptation! À peine arrivés au camping du Lac du Repos, une fois le VR stationné, on a fait face à notre premier obstacle : la prise de 50V qui nous est fournie avec notre emplacement n’est pas compatible avec notre prise de VR. Rendu 17h30 en ce samedi 18 mai un peu pluvieux, personne à la guérite d’accueil, pas un voisin dehors. L’aide vient heureusement du dépanneur sur le camping qui vend, presque à toute heure, de quoi se sortir du pétrin… et de quoi célébrer la victoire ensuite! 

Une fois le VR branché, c’est avec pas mal de joie et beaucoup de faim qu’on s’est lancé dans la préparation du repas. Leçon de caravane n°2 : prévoir son premier souper d’avance. On avait tout l’équipement nécessaire pour le BBQ, mais on s’était fié au fait que le VR fonctionne avec du propane qu’on pourrait utiliser or… un barbecue, ça prend une bonbonne. Une bonbonne prévue pour ça. Les grillades tombées à l’eau, on s’est replié sur le four du VR pour des petits légumes aux épices, des hamburgers sur le réchaud et en dessert de l’ananas poêlé au sirop d’érable. Premier souper et on s’est déjà parti une tradition : consigner nos meilleures recettes de cette aventure dans notre carnet de bord!

VINCENT, CŒUR SUR LA MAIN, SPONTANÉ ET VAILLANT

La première étape du road trip, c’est à Montréal qu’on l’a tournée en compagnie de Vincent Gagnon, le franchisé Vistech de la région. Grand gaillard souriant, c’est sur le chantier de l’agrandissement d’une école secondaire que nous l’avons retrouvé. « J’ai eu le chantier confirmé il y a quelques jours, j’ai passé la commande de mes pieux au siège social et ce matin je les installe! ». Pas peu fier de la rapidité de fabrication des pieux, il travaille sur le chantier avec Dany, son employé, imperturbable face à la caméra, très concentré sur sa machine. Le duo est efficace : plus haut, plus bas, un peu à droite, avec force et précision on regarde les pieux et les rallonges s’enfoncer dans le sol meuble de l’école. Vincent répond à mes questions, sympathique et professionnel. On l’a laissé à l’installation des pieux en promettant de passer le voir à son garage un peu plus tard.

Et là encore, les bras grands ouverts, large sourire, Vincent nous accueille pour nous parler de sa passion, ou comment « bretter sur des bébelles à moteur », c’est plus qu’un passe-temps pour lui. C’est à son grand-père qu’il doit cet intérêt. Mais aussi à la motoneige Elan dont il a hérité à l’âge de 12 ans et dans laquelle il a mis presque autant de temps et d’argent de poche que d’heures de tutoriels YouTube pour la remettre en état de marche. Dernier souvenir de son grand-père parti trop tôt, il en a tiré une connaissance des machines impeccable. Mais ce dont on se souviendra de Vincent, c’est son accueil. Avec Sandy sa douce moitié et leur petit bonhomme Nathan, ils nous ont ouvert leur porte pour le souper et leur cour pour la nuit. Branchés sur 2 circuits de 20 ampères, barbecue improvisé dans le jardin, on n’aurait pas pu demander une plus belle soirée! Même Ila notre chien s’est trouvé un ami avec leur toutou Roméo! On a sorti la guitare, chanté jusqu’à tard dans la nuit et promis de se revoir! Il est comme ça Vincent, le cœur sur la main et le sourire facile, un de ces bons chums qu’on est tous contents de connaître.

JOHNNY, MÉMOIRE VIVANTE DE L’ENTREPRISE ET ENTREPRENEUR DÉDIÉ

Mais à peine le temps de le dire que notre Caravane Vistech est repartie, direction Sherbrooke pour rencontrer Johnny Bessette. On est arrivé un peu en retard mais Johnny nous attendait avec le sourire à bord de son pick-up noir à l’entrée du Parc solaire de l’Université de Sherbrooke, le plus grand pour la recherche au Canada. Aux pieds des panneaux photovoltaïques, on a parcouru le parc sous la pluie. « Je suis fier d’avoir participé à ce projet, c’est pour une énergie propre et je me dis que ça, c’est bon pour ma fille, pour le futur » m’explique Johnny. Il a plu, des averses qui n’ont pas facilité l’entrevue mais, même la face trempée, on était contents et surtout impressionnés. On entendait les structures imposantes bouger quand une éclaircie pointait enfin son nez au-dessus de nos têtes.

Au grand désespoir de l’équipe qui s’attendait à pêcher, la météo a changé nos plans. Mais honnêtement, on a tous convenu que ça aura été un mal pour un bien parce que c’est autour d’un copieux dîner à la brasserie La Seigneurie qu’on a écouté Johnny nous raconter des anecdotes de ses presque 20 ans avec Vistech, dont plus de la moitié comme franchisé de l’Estrie, en association avec son frère. Entre deux appels et quelques consignes concises à son monde, il était vraiment disponible et d’excellente compagnie! Johnny est ensuite remonté à bord de son camion et de notre côté, nous sommes partis vers notre prochaine destination : Charlevoix! 

Alors que la deuxième étape est derrière nous, on commence à comprendre que ce road trip à la rencontre de la Nation Vistech dépasse les kilomètres et le perfectionnement de vie de caravane. D’une étape à l’autre, on dresse un portrait du pays dans ce qu’il a de plus authentique, avec des gens passionnés, passionnants et généreux! On se sent vraiment chanceux! 


Publications récentes

Abonnez-vous à notre infolettre!

Pour vous informer, vous inspirer et vous aider à bâtir vos projets de rêves sur pieux vissés Vistech!